Focus sur les brosses à dents (et mea culpa)


Focus, Non classé / vendredi, novembre 22nd, 2019

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle catégorie sur le blog. L’idée est de faire régulièrement un focus sur un article que vous trouverez dans la boutique, pour qu’au-delà de l’objet et de sa description de base vous découvriez un historique, son impact, les démarches de l’entreprise, des informations, des comparatifs, mon avis personnel, etc.

Je commence par les brosses à dents et ce choix n’est pas dû au hasard. En effet, je dois faire mon mea culpa sur une information erronée que j’ai donnée de manière évidemment non intentionnelle, suite à une mauvaise compréhension de ma part. Je vous en reparle plus bas.


Quelques chiffres (qui font un peu peur)

La brosse à dent est un indispensable dans nos salles de bain. Sachant qu’on la change environ tous les trois mois cela équivaut à environ 300 brosses utilisées et jetées dans une vie. Les brosses à dents en plastique « traditionnelles » ne sont pas recyclables. Elles mettraient de 100 à 1000 ans à se dégrader suivant leur composition. Des chercheurs ont même estimé qu’il n’y avait pas moins de 4,9 milliards de brosses à dents non-biodégradables qui finissaient chaque année dans les écosystèmes marins. (source REFED)


Quelles alternatives aux brosses à dents plastiques ?

Il en existe plusieurs, j’en ai trouvé trois. Je ne les détaillerai pas car l’idée de ce post n’est pas de prendre parti sur une méthode ou une autre mais de vous exprimer mon choix et de vous en expliquer la raison. Je suis ouverte aux remarques constructives. Vous trouverez quelques sources dans l’article pour vous permettre d’aller plus loin dans vos réflexions.

  • Les brosses à dents en bio-plastique.  (mon avis dans la conclusion)
  • Le Siwak, une racine d’arbuste que l’on utilise en Orient. Je n’en suis qu’au début de mes recherches mais j’avoue que cette alternative me paraît intéressante. Entièrement dégradable, naturelle, sans déchet. Je pense bientôt tester pour me faire mon propre avis.
  • La brosse à dent en bambou. Mon choix actuel avec la marque Hydrophil.

La brosse à dents Hydrophil : fabrication, valeurs, engagements.

Hydrophil est une marque allemande, née de l’association de trois jeunes hommes qui ont voulu, avec ce projet, contribuer de manière consciente et responsable à l’utilisation de l’eau. 

Les produits sont neutres en eau, c’est-à-dire qu’ils sont fabriqués en utilisant le minimum d’eau. Le bambou utilisé pour les brosses à dents, le bambou Moso peut pousser jusqu’à 1 mètre par jour en période de croissance. Pas d’usage de pesticide ni d’arrosage artificiel. Pas de déforestation non plus pour cette plante qui grandit sur son terrain d’origine, en chine, dans la région de Lishui.

Les brosses à dents sont fabriquées de manière équitable dans le respect des salariés avec un suivi sérieux.

10% des bénéfices sont versés à l’association Viva con Agua de Sankt Pauli qui a pour objectif d’améliorer l’approvisionnement en eau potable dans les pays en développement en collaboration avec la Welthungerhilfe.

Les colorants et vernis utilisés sont fabriqués sans utilisation de pétrole ou d’autres additifs chimiques. La biodégradabilité qui en résulte signifie que rien n’est rejeté dans l’eau potable ou les eaux souterraines.

Les emballages en carton recyclable (que je recycle d’ailleurs pour mes futures cartes de visite ou présentoirs à bijoux) sont réalisés sur place. Toute la chaîne de fabrication est au même endroit réduisant ainsi les déplacements, et donc les émissions de CO2 superflues.


Une brosse à dents (presque entièrement) compostable.

C’est ici que mon mea culpa refait surface. Je vous ai dit plusieurs fois, lors de mes marchés, qu’après utilisation vous pouviez sans soucis jeter les brosses à dents au compost. Dans cette affirmation, j’ai fait une petite erreur. Seul le manche est entièrement compostable, les poils, eux, sont renouvelables (voir explications sur l’image ci-dessous). Il n’existe pas à ce jour de poils de brosse à dents dégradables (mis à part peut-être les soies de porcs qui sont prélevées sur les animaux, à l’abattoir, ce qui est contre mes principes). Il faut donc, lorsque la brosse est usée, soit couper la tête et la mettre à la poubelle, soit enlever les poils et les petites bagues à l’aide d’une pince avant de composter votre brosse. Vous pouvez également utiliser le bois en imaginant d’autres utilisations (tuteurs de jardin pour identifier vos plantes, etc. Je serai d’ailleurs ravie que vous partagiez vos idées et photos avec moi afin que je puisse les publier).


En conclusion

Le bambou est donc à mon sens une ressource intéressante du point de vue écologique, puisqu’elle ne nécessite pas d’apport d’eau pour pousser, aucun pesticide n’est utilisé et elle a une croissance rapide. Il produit également 30% d’oxygène en plus que les autres plantes ce qui, dans une ère de déforestation, n’est pas négligeable. Cependant cela reste une ressource, c’est pourquoi je ne propose à la vente que les brosses à dents qui sont un indispensable de la salle de bain. Il existe sur le marché des tas d’objets en bambou, vaisselle, etc. qui à mon sens n’ont pas lieu d’être fabriqués et importés puisque nous avons largement de quoi utiliser autre chose ; soit produit localement, soit en donnant une seconde vie à de l’existant. Le(s) maître(s) mot(s), consommation responsable et raisonnée.

brosse à dent bambou hydrophil

La marque Hydophil correspond à de belles valeurs : l’éthique, la démarche, l’implication dans les associations me donnent envie de continuer de proposer leurs brosses à dents.

Le contre-argument de la fabrication lointaine est pour moi compensé par les avantages du matériau et l’éthique de la marque. Une brosse à dents en bioplastique utilise également beaucoup d’énergie pour être transportée et transformée de nouveau, et si de la matière végétale a été utilisée pour sa composition c’est qu’elle aura été également cultivée (où ? comment ? par qui ? etc.).

Attention cependant à « l’effet de mode » ou greenwashing. Il existe sur le marché des brosses à dents en bambou qui ne remplissent absolument pas les conditions éthiques et écologiques. Elles sont parfois même envoyées à l’unité et sur-emballées. Je vous conseille donc, de manière générale de bien prendre le temps de vous informer sur la provenance des articles et l’honnêteté des commerçants.

Je m’excuse de nouveau pour l’information erronée sur les poils, mais la transparence est pour moi très importante et un gage de confiance. J’assume donc pleinement mon erreur.


Mon but n’étant pas, une fois de plus, de vous convaincre de choisir tel ou tel produit plus qu’un autre, je n’ai pas LA bonne solution, j’ai UNE solution qui me semble bonne pour le moment et qui pourra sûrement évoluer par la suite avec d’autres données. Libre à vous d’explorer d’autres pistes. Le fait de prendre le temps de s’informer et de réfléchir à sa consommation est déjà un pas énorme en soi.


Si vous êtes intéressés pour acheter ces brosses à dents je joins le lien vers la boutique. Elles existent en poils souples et medium ainsi que pour enfant.


Merci de m’avoir lue, et n’hésitez pas à me dire en commentaire si cet article vous a été utile, si cette nouvelle catégorie est intéressante ou toute autre remarque constructive.

Bien à vous.

Julie.


Quelques sources :

http://www.ecolive.fr/fr/nos-aventures/hydrophil-voyage-producteurs/

https://my-ecological-lifestyle.com/blogs/my-ecoblog

https://refedd.org/brosse-dents-ocean/

https://hydrophil.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *