Créatrice textile oui, mais pas n’importe comment.


Divers / lundi, juin 24th, 2019

Cela faisait un moment que je voulais diversifier ce site en y ouvrant une partie blog pour échanger sur des sujets en cohérence avec Aux Retrouvailles.

Mais bon, il y a toujours des listes interminables de choses à faire en attente avant de passer à l’action. J’ai d’ailleurs ouvert entre temps un autre blog, plus personnel, d’expression libre, de fragments du quotidien et de pensées, ICI. Mais je ne voulais pas tout mélanger.

C’est donc en tombant par hasard (?) sur un article parlant des « tote bag », ou sacs réutilisables (pourquoi tant d’anglicismes…), que j’ai eu envie de rédiger le premier article de ce blog.

J’ai réalisé quelques recherches et j’ai eu besoin de les partager avec vous. Alors bon, ça ne va pas forcément être des informations joyeuses mais tellement nécessaires à connaître pour repenser nos modes de consommation. En tout cas c’est suite à ça que je vais me diriger encore plus précisément vers mes objectifs que ce soit dans ma vie quotidienne comme dans mon entreprise et mes créations.

Car je fonctionne ainsi, à partir du moment où je suis informée, il m’est impossible de fermer les yeux et d’avancer en me disant la phrase hélas trop souvent entendue « bah c’est comme ça, on ne peut pas faire autrement ». L’aveuglement au prix d’un confort relatif et de la facilité, très peu pour moi.

Tout à commencé à la lecture de cet article. Moi qui justement préparait une série de sacs réutilisables, je reste bouche bée devant ces mots : « les sacs en coton bio doivent être réutilisés plus de 20 000 fois pour égaler les sacs en plastique, d’après les conclusions des chercheurs. […] Enfin, comme le plastique, le coton reste difficile à recycler du fait du manque crucial d’infrastructures pour le recyclage du textile. »

Me voici donc partie à faire quelques recherches sur le sujet des textiles, parce que c’est quand même la matière première utilisée dans mes créations, que mes créations, je les veux les plus « propres » possibles, que ce soit au niveau écologique et éthique et que oui, il y a encore pas mal de réajustements à faire.

Alors évidemment il ne faut surtout pas comprendre dans l’article qu’il vaut mieux consommer des sacs plastiques que des sacs en coton (l’étude citée exclut du bilan les conséquences, à ne pas négliger, sur  la pollution marine) et évidemment le coton bio est toujours préférable au coton conventionnel quand on sait que la production de coton conventionnelle est l’une des plus polluantes du monde (l’industrie du textile est la seconde industrie la plus polluante après le pétrole) avec :

  • 1/4 de la consommation mondiale d’insecticides et de pesticides.
  • L’utilisation de chlore et métaux lourds pour le blanchiment du coton.
  • Pour un seul T-shirt en coton, est utilisé 25 000 L. d’eau, 5.2 kg de CO2 et 140 g de produits chimiques.
  • Conséquences : pollution de sols et plus d’un million de personnes intoxiquées, 20 000 morts par an. Sympa non ?

Revenons-en à notre coton bio, on voit bien dans l’image ci-dessus que sa production est plus propre pour l’environnement et la santé que son homonyme traditionnel. MAIS ! 50% d’eau en mois c’est encore beaucoup d’eau et le coton n’est pas produit en France, l’impact carbone reste élevé.

Il existe également plusieurs certifications pour le bio, certaines « ne s’intéressent qu’à l’étape de la culture du coton. Une fois le coton  biologique récolté, il rejoint souvent les mêmes centres de transformation que les autres textiles conventionnels. Il subira les mêmes traitements, subira des colorations avec des produits contenant des métaux lourds. Le coton poussera en Inde, sera traité en Tunisie et finalement rejoindra les magasins français… après plusieurs milliers de kilomètres de transport !« *

*Sources en bas de l’article.

Le label le plus complet est le GOTS, pour en savoir plus cliquez ICI.

Je ne vais pas trop m’étendre, le but n’étant pas de faire un dossier sur mes recherches mais d’expliquer le nouveau mouvement qui m’anime. Je mettrai quelques liens en bas si vous voulez aller plus loin.

Mes résolutions :

  • Je vais réduire les achats de coton même bio au strict minimum, voire à terme ne plus en acheter du tout.
  • Je vais me rapprocher de filières française/européennes de fibres qui ont le moins d’impact (lin, chanvre, ortie…).
  • Je vais prioriser le recyclage, la seconde vie.
  • J’ai commencé à étudier la teinture végétale, je pense bientôt faire mes premières expériences.
  • Et toujours toujours travailler un maximum dans la cohérence, accepter de me tromper, de changer de voie, de m’informer. Tout ça pour être au plus proche de mes valeurs et de mes exigences. Et de fait, par respect pour vous, vous proposer des articles les plus « propres » possibles, pour qu’en les achetant vous fassiez également un geste militant et de soutien à toutes ces causes environnementales.

J’espère ne pas trop vous avoir perdus dans ce premier article. Je vous tiendrai au courant des avancées de mes recherches et de mes expériences. Ça prendra le temps qu’il faudra, je ne vais évidemment pas me débarrasser de mon stock existant, cela irait contre mes engagements, il y aura donc des collections de transition.

Je vous souhaite une belle semaine, malgré les chaleurs annoncées, je partage une vidéo de « Et tout le monde s’en fout » bien à propos :

Pour en savoir plus sur le sujet et mes sources :

2 réponses à « Créatrice textile oui, mais pas n’importe comment. »

  1. Bravo pour cet article avec lequel je suis entièrement d’accord! Je mène exactement les mes réflexions que vous et vais aussi sortir un article de blog à ce sujet. Moi-même artisan sérigraphe textile, je n’utilise que du lin bio français certifié GOTS et j’ai stopppé toutes les doublures en coton bio (même s’il est tissé en Alsace) pour les remplacer par du lin enduit (mais pas bio). Mes prix montent mais à quel prix?!!!

    1. Bonjour Charlotte, merci pour ton commentaire. Je viens d’aller faire un tour sur ton site. J’adore ton travail qui entre complètement dans mes valeurs (et mes goûts !!!). Nous nous étions croisées je crois lors d’un marché à Longchaumois. Je veux bien avoir l’info quand ton article sera publié, qu’on puisse échanger sur tous ces sujets et même d’autres :-). A très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *